Case Study : IOLCE

Ready? Set? IOLCE !

30 octobre 2020. le top départ est donné pour le deuxième projet proposé par la DWM : IOLCE ou «Input Output Lire et Communiquer sur écran». De ces lettres, se dégage ce qui allait être notre activité principale pour les 4 semaines à suivre. C’est-à-dire de découvrir et analyser une conférence, pour ensuite retranscrire les notions importantes complétées par des arguments personnels.

A partir d’une liste de conférences suggérées, deux d’entre elles m’attirent : “Slow Design for an Anxious World” de Jeffrey Zeldman et “Taking the web off the screen” de Charlotte Dann. Je les visionne, prends des notes et, finalement, je décide de m’attarder sur la deuxième — bien qu’elles soient chacune intéressantes à leur manière.

Hi, partners !

Nous avons, par la suite, constitué une équipe sur base du choix de la conférence. En parallèle, je mets en place plusieurs outils pour m’organiser tout au long du projet:

  • un Google Sheet reprenant les différents étapes de réalisation;
  • un planning indiquant les différentes deadlines;
  • un dossier qui reprendra toutes mes notes sur papier.
Google sheet — Organisation du projet IOLCE

Conditions spéciales oblige, mes coéquipiers et moi-même nous retrouvons en visioconférence pour rédiger le résumé collectif. Le but était de pouvoir rassembler l’essentiel de la conférence en 500 caractères. Le défi était de taille, mais nécessaire pour comprendre l’importance d’avoir un contenu qui ait du sens sur un site web.

Rédaction du résumé collectif

Rédiger ton contenu personnel, tu feras.

Toujours dans la phase d’écriture du contenu, je décide de visionner à nouveau la conférence pour en dégager un plan de rédaction. Je remercie par ailleurs la personne qui a retranscrit par écrit les propos de Charlotte Dann car, bien que l’accent «british» sonne agréablement bien aux oreilles, certains passages restent tout de même difficiles à déchiffrer.

De ce plan de rédaction, je dégage les notions essentielles abordées dans la conférence, tout en y ajoutant mes notes personnelles. Je dédie une bonne partie de mon temps à cette étape d’IOLCE, en gardant en tête que le contenu représente une base élémentaire à un bon site et qu’il doit pouvoir dégager les émotions du sujet abordé.

Markdown, vous dites?

IOLCE, c’est aussi aborder de nouveaux outils de travail. Ici, il s’agit de traduire l’ensemble du contenu rédigé sur un logiciel de traitement de texte vers un langage de balisage, facilitant ensuite l’intégration dans l’HTML, entre autres. Je m’attaque donc, pour chacune des pages, à la réalisation de mon markdown, en réfléchissant au sens de la lecture qu’aura l’utilisateur.

Mise en place du Markdown

Place aux expérimentations…

Deux semaines se sont écoulées, il est temps de passer à l’étape de la conception du site. Le rythme s’accélère, les nouvelles notions s’entassent et les esprits se brouillent. De cette situation, il me faut trouver une solution : prendre le temps de mettre en place une méthodologie de travail, et de l’expérimenter. A partir d’indications abordées en cours de Human Centered Design, je décide d’organiser mon travail selon les étapes suivantes:

1. Mise en place d’un inventaire de contenu

Il reprend, tout comme le markdown, le contenu qui figurera sur mes différentes pages : la hiérarchie de texte (titres, sous-titres, texte en évidence, etc.), les images, les liens, les éléments de navigation, etc.

Inventaire de contenu

Grâce à cet inventaire, je saisis quels sont les éléments qui me permettent de faire le lien entre les pages. A l’avenir, je le combinerai avec une autre pratique utile, le sitemap, me permettant de mettre en place une meilleure architecture d’information de mes projets.

2. Constitution d’un moodboard

Outil primordial de la création visuelle et fort utile une fois que l’on maitrise les différentes étapes de sa réalisation, le moodboard permet de dégager une orientation graphique. En partant de recherches sur le sujet et de mots-clés, il se compose principalement d’inspirations graphiques. Je décide à ce moment-là de réaliser l’ensemble du projet visuel sur Figma.

Je regroupe plusieurs mots-clés décrivant le contenu de la conférence, le ton ainsi que des éléments définissant IOLCE. Je choisis donc de partir dans ces directions:

  • technique, analyse, accessibilité;
  • expérimental, création, innovation;
  • écran, impression, code.
Moodboard

3. Couleur, hiérarchie et combinaisons

Il s’agit ici de mettre en place l’aspect typographique du site. Tout en tenant compte des variations indispensables entre les différents devices, j’effectue de nombreux tests me permettant de faire un choix concernant la couleur, la hiérarchie ainsi que la combinaison de police.

Concernant la couleur de texte, mon choix se porte sur la police «Syne» conçue par Bonjour Monde. Elle regroupe, à mon sens, cette idée d’exploration et de créations nouvelles dont Charlotte Dann aborde dans la conférence.

Je combine ensuite cette typographie avec la “Space Grotesk”, amenant une dimension plus numérique et analytique de par son caractère monospace dont elle est inspirée.

Enfin, je fais le choix d’un ratio en « Major Third: 1.250 » pour la hiérarchie de mes titres.

Couleur, hiérarchie, combinaisons

4. L’UI-Kit, base d’un bon prototype

Dans cette phase du projet, je définis les styles des différents éléments qui figureront sur mon site. L’avantage de l’UI-Kit est qu’il permet de garder une cohérence sur l’ensemble du site. J’y intègre les styles de texte, de liens, de boutons et de mes éléments graphiques (logo, images, icônes, etc.). Les couleurs, elles, s’accordent comme les autres éléments selon ces règles d’or:

  • accessibilité;
  • contraste;
  • lisibilité.

J’expérimente également certains outils de Figma, tels que les components et les styles locaux, qui me permettent d’optimiser le processus de design.

Mise en place de l’UI-Kit

5. Grids, Grids everywhere…

Bien qu’il s’agisse d’une étape plutôt conséquente dans l’élaboration du prototype, les grilles régulières et irrégulières, ont permis de donner du rythme à mon site, tout en gardant une structure correcte.

Comme le contenu, j’accorde un certain temps à l’application de ces grilles, pour être certaine de saisir le fonctionnement et de faire le parallèle avec l’intégration en code. Tout comme l’ui-kit, je tente d’optimiser mes outils en enregistrant des layouts dans des “Grid Styles”.

Mise en place des grilles (mobile)

6. La touche finale

Une fois mes grilles appliquées, je finalise mon prototype en ajoutant les différents éléments graphiques et les styles importées depuis l’UI-Kit. Au terme de cette étape, nous somme le 29 novembre. Le temps presse.

Design Visuel — Day Mode

Place au code !

Dernière étape du projet : l’intégration. C’est à ce moment précis que je saisis l’utilité du premier projet, «Hello World», réalisé en septembre 2020. Les bonnes pratiques que j’ai assimilé lors de cet atelier m’ont permis de mettre en place les bases du site en un temps record. J’ai donc pu intégrer avec mes connaissances :

  • la méthode BEM;
  • l‘activation d’un darkmode;
  • l’utilisation correcte de la sémantique HTML;
  • les variables CSS;
  • etc.

Toutefois, plusieurs notions se sont ajoutées pour IOLCE : la mise en page selon le CSS Grid, un burger menu en mobile ainsi que la date du copyright générée en JavaScript.

Je m’exécute, je m’exerce sur cette nouvelle technologie de mise en page web qu’est le Grid. Les heures défilent et les nuits se rallongent.

Intégration du site web

Le bilan

Ce deuxième projet était, pour moi, une nouvelle approche tant dans la méthode de travail que dans la réflexion autour de la notion de contenu. J’ai eu l’occasion de mettre en pratique de nouveaux outils dans chacune des phases de conception du projet (markdown, prise en main de Figma, grilles irrégulières, CSS Grid, etc.).

Alors que je prépare la publication du site web, je liste les améliorations possibles pour les projets futurs:

  • définir une méthode de travail efficace sur base des nouvelles notions abordées;
  • aller davantage à l’essentiel, ne pas confondre précision et perfectionnisme;
  • mieux gérer son temps de travail et de pause (le confinement est un bon apprentissage!);
  • ne pas négliger le temps consacré à la pratique de nouvelles notions en code.

Et maintenant, roulement de tambour jusqu’au 11 décembre !

Charlotte vous dit “au revoir”.

Here I am

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
Aude Schaff

Aude Schaff

Here I am

More from Medium

A visual Redesign of Standard Chartered Mobile app — UX Case Study

UX Case Study: Money management app

UX Case Study : Bank Jago-Last Wish

Case study: Midwife and pregnancy control application